C'est de la bombe

C'est de la bombe

Une fiction autour de la vie et de l'oeuvre de Robert Oppenheimer, père de l'arme atomique hanté par sa création.

« Je deviens la Mort, le Destructeur des Mondes. » Oppenheimer, le créateur de la bombe atomique, fascine. Soupçonné de sympathies communistes, il avait ses zones d'ombre. Pour tenter de mieux le cerner, Louisa Hall, dans ce roman chatoyant et amer, donne la parole à sept personnages fictifs : un agent du FBI s'intéressant à sa vie sentimentale (« certains secrets n'ont pas à être percés »), un vieux collègue de Berkeley le recevant à Paris en 1949, une secrétaire de Princeton dont la soeur, obsédée par les clichés de Hiroshima et de Nagasaki, est morte d'anorexie, un étudiant troublé, une journaliste vindicative... Il est question de frictions, de mensonges, d'avant et d'après : si le mythe Oppenheimer s'est quelque peu humanisé, le monde réel, « pris dans un flash blanc », a sans doute disparu.

 

A lire : Trinity, Louisa Hall, traduit de l'anglais États-Unis par Hélène Papot, éd. Gallimard, 336 p., 21 E.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes