Ces histoires qui nous font

Ces histoires qui nous font

À partir d'entretiens avec des enfants sans papiers, une écrivaine médite sur la nécessité vitale des récits.

« Pourquoi êtes-vous venu aux États-Unis ? » C'est la première question posée aux enfants migrants sans papiers à leur entrée sur le territoire américain. Trente-neuf autres suivent. Ce questionnaire, utilisé au tribunal de l'immigration à New York, est censé leur permettre de raconter leur parcours. Les avocats déterminent ensuite s'ils peuvent bâtir une défense et engager une procédure, après quoi l'enfant obtiendra un droit de séjour ou devra quitter le territoire. Valeria Luiselli a commencé à travailler au tribunal comme interprète bénévole en 2015. Elle conduisait les entretiens et les traduisait de l'espagnol vers l'anglais.

Essai personnel, réflexion sur les migrations et la politique des États-Unis à cet égard, Raconte-moi la fin est aussi un manifeste littéraire en faveur des histoires. Non pas au sens du pouvoir de la fiction invoqué dans L'Histoire de mes dents (l'Olivier, 2017), mais dans celui de l'importance de la transformation, de la mise e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon