Ces classiques qui sont aussi des polars

Ces classiques qui sont aussi des polars

Dans Rue des boutiques obscures, prix Goncourt 1978, Patrick Modiano imagine un privé amnésique parti à la recherche de son propre passé. Un roman policier ? presque... Détective et victime ne sont qu'un, et l'enquête inaboutie se prolonge au-delà des limites du roman. Faux noms, faux papiers, disparitions, toutes les informations sont placées sous le signe de l'indécidable. Et peut-on se fier à la mémoire - d'abord sous séquestre comme le château d'enfance -, qui ressurgit finalement par bribes pour donner un récit que rien ne vient étayer ? L'auteur s'ingénie à mêler confirmation et soupçon, à préserver l'énigme au lieu de la résoudre. S'il n'y a pas dans Rue des boutiques obscures de vérité définitivement établie, c'est que celle-ci est, à l'image de l'identité, incomplète et insaisissable.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes