Ce qu'il aurait fallu dire

Ce qu'il aurait fallu dire

Jeune prof de philo, Victor fait ses armes dans un lycée de Picardie. Lui qui jadis a tout fait pour s'extirper de sa province et devenir un Parisien progressiste et cultivé retrouve les décors tristes et l'horizon bouché qu'il a fuis. Est-ce un retour en arrière, ou l'occasion d'une réconciliation avec ses origines ? Alexis Anne-Braun signe un beau roman d'atmosphère sur la France des ronds-points, vue par un transfuge de classe qui ravale son snobisme. Édouard Louis est cité plusieurs fois, mais l'auteur est à l'opposé : pas de mépris ni de jérémiades, juste le regard humble d'un personnage pour qui « il est un temps pour la colère et la pitié et un autre pour l'amour ».

 

À lire : Ce qu'il aurait fallu dire, Alexis Anne-Braun, éd. Fayard, 250 p., 18 E.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes