Ce que je sais

Ce que je sais

Détective privé pour un cabinet d'assurances, Mike Hannah vit dans une banlieue cossue de l'Angleterre. En partie immobilisé pour avoir abattu les arbres de son jardin le jour de ses 40 ans, Mike épie sa femme et son voisinage, à l'instar de James Stewart dans Fenêtre sur cour, son film de prédilection. C'est alors que les vannes de sa propre mémoire s'ouvrent, délivrant, dans un flot de souvenirs, le visage d'un amour de jeunesse, et avec lui la tentation entrevue, mais avortée, d'un destin qui aurait pu se hisser vers la lumière. Mike affronte ses contradictions et passe de la surveillance sans entrave de la vie domestique des autres à celle, plus complexe, de ses propres désirs enfouis.

« Les gens ont tous quelque chose à cacher, c'est une opinion personnelle, et aussi professionnelle, mais très souvent, j'en suis convaincu, ce "quelque chose" est au coeur de ce qu'ils sont vraiment, et ne peut être ni vu ni découvert en les espionnant ; ça ne peut ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon