Cause Commune

Cause Commune

Des femmes disparaissent dans le chaos final de la Commune de Paris en 1871. Une enquête est ouverte, dans une ambiance de révolte et de fin de siècle.

La Commune de Paris est morte sous les balles des versaillais, mais elle a gagné sa part d'éternité dans l'imaginaire de la gauche. Un héritage fait d'images édifiantes - barricades en flammes et rues dépavées, bonnets phrygiens, orateurs et oratrices guidant la colère et la soif de justice des Parisiens -, tempéré par d'autres images - exécutions sommaires, ivrognerie, guerre menée en dépit du bon sens et à rebours de toute discipline. Mais, par-dessus ces réalités, la Commune fut un rêve, un moment d'utopie où l'on pouvait croire qu'un autre monde était possible. Et même si ce moment dura à peine plus de deux mois, il emporta assez de coeurs parisiens pour qu'ils le défendent jusqu'au bout, même quand tout était perdu. Il fallut la semaine sanglante et les massacres menés par les soldats de Thiers pour éteindre leur résistance. Mais le rêve, lui, a survécu au bain de sang... Hervé Le Corre est un écrivain de gauche : ce n'est pas écrit en toutes lettres dans ses romans, mais cela ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon