Catalogue calibré

Catalogue calibré

Difficile d'identifier un « style » Netflix. Malgré quelques séries de qualité, la production s'attache surtout au casting et au flair de ses algorithmes pour fidéliser ses abonnés.

Y a-t-il une patte Neflix ? Un style qu'on identifierait dans la plupart de ses productions, des séries et des films originaux qu'elle diffuse, comme il a pu exister un style Canal +, comme il existe un style Disney ? Dans les années 2000, les séries hauts de gamme comme celles de HBO (Les Soprano, The Wire (Sur écoute), Six Feet Under, ou plus récemment Game of Thrones...) faisaient accéder la télévision à un âge d'or inégalé. Le 1er février 2013, lorsque Netflix lance sa première série, House of Cards, un thriller politique signé par le cinéaste star David Fincher (Seven, The Social Network...), on a pu penser qu'il s'inscrivait dans cette ligne ambitieuse. Six ans plus tard, il faut bien constater que ce n'est pas le cas. Netflix voit plus grand et produit aussi bien des séries pour adultes et pour ados, des films et des documentaires, des talk-shows et des dessins animés, rachète des programmes aux autres acteurs du sect ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes