Céline, l'impossible rencontre

Céline, l'impossible rencontre

Un film tentant d'attraper l'animal Céline confirme combien saisir le corps de l'écrivain demeure une gageure pour le cinéma.

Faux problème que les grands livres « inadaptables », il n'y a que des gardiens du temple trop sourcilleux et des visiteurs trop timorés : un livre réellement inadaptable serait aussi illisible, tant tout texte est différemment adapté par chacun de ses lecteurs. Ce qui est en revanche souvent infilmable, c'est l'écrivain lui-même. Que saisir ? L'auteur légendaire, le Grantécrivain ? On en restera à de la propagande ou à de l'hagiographie. L'être social qu'on appelle « l'écrivain » ? On n'attrapera, le plus souvent, qu'une ombre ou un bouffon. La fabrique même du texte, les fièvres exaltées ou laborieuses du scripteur ? Là, on se retrouve dans la microscopie, la physique quantique, et il sera difficile de s'y connecter sans tomber dans l'imagerie pieuse du bureau, du papier froissé, du crâne entre les mains.

À vouloir filmer l'écrivain, on s'expose à un grand écart entre la bête de foire et le vide intersidéral, le livre d'images et l'écran noir. L'écrivain n'est pas un animal ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine