Bunker des bois

Bunker des bois

Un roman noir, tout en variations sur le traumatisme, par un ex-punk, poète et essayiste.

Gilles Sebhan a le goût du mauvais genre. Après avoir consacré deux essais à Tony Duvert, raconté ses pulsions de jeune punk dans London WC2, dépeint les coulisses d'un sexe-shop dans Salamandre ou les déviances d'un tueur en série dans Fête des pères, il s'avançait début 2018 dans les eaux troubles du roman noir, mêlant disparitions d'enfants et massacre d'animaux de cirque. Si La Folie Tristan peut très bien se lire indépendamment de cette première incursion, elle en constitue le prolongement, comme un surgeon coriace et venimeux. On y retrouve le lieutenant Dapper et son fils Théo, revenu miraculé de son enlèvement ; l'étrange ado Ilyas au regard prophétique, et bien sûr le sulfureux docteur Tristan, obsédé par un rêve de « grand remplacement » où ses petits patients « insensés » reconquerraient leur juste place.

Dans des paysages de bunkers et de forêts opaques, Gilles Sebhan propose une variation sur le traumatisme où s'agrègent quelq ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS