Brigands et libertins au temps des Lumières

Brigands et libertins au temps des Lumières

Un même refus de la soumission ancestrale unit au dix-huitième siècle le hors-la-loi populaire, à l'image de Cartouche ou Mandrin, et le mondain ironique. Tous ces roués ont leurs avatars littéraires et philosophiques, via Crébillon, Laclos et Sade.

Ce qui produit les révoltes, c'est l'ambition et l'inquiétude des grands d'un Etat, quand on leur a donné trop de licence, et qu'on a laissé leurs passions s'étendre sans bornes. C'est la multitude des grands et des petits qui vivent dans le luxe et dans l'oisiveté. C'est la trop grande abondance d'hommes adonnés à la guerre, qui ont négligé toutes les occupations utiles dans le temps de la paix. Enfin, c'est le désespoir des peuples maltraités, c'est la dureté, la hauteur des rois, et leur mollesse, qui les rend incapables de veiller sur tous les membres de l'Etat, pour prévenir les troubles. »

L'essentiel de l'article « Révolte » que le chevalier de Jaucourt donne à l' Encyclopédie consiste en une citation du Télémaque de Fénelon. Sur le modèle de la Salente visitée par Télémaque, l'idéal qui sous-tend l'article reste une monarchie paternaliste et une société laborieuse. Les encyclopédistes prennent ainsi le relais de l'évêque de Cambrai, a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé