Bret Easton Ellis, American Psycho

Bret Easton Ellis, American Psycho

Patrick Bateman est, à 26 ans, un golden boy parmi d'autres de Manhattan. Analyste financier à 30 000 dollars par mois, ce jeune homme possède tous les attributs du yuppie des années 1980 : cheveux courts plaqués en arrière, lunettes à monture de corne, vêtements griffés Ermenegildo Zegna, Cerruti 1881 ou Ralph Lauren, carte American Express platine, et un appartement tout blanc et gris, avec un tableau de David Onica sur l'un des murs, au vingt-cinquième étage d'un immeuble de l'Upper West Side. Chaque soir, Patrick Bateman retrouve sa girlfriend Evelyn ou ses amis, yuppies eux aussi, avec qui il part tester telle nouvelle table à la mode, ou encore draguer des filles dans une discothèque. Ainsi va la vie de l'interchangeable Patrick Bateman, du moins en surface. Car Patrick Bateman est aussi un dangereux tueur en série, capable d'égorger un clochard, de tuer d'un coup de machette un enfant dans un zoo, ou encore de massacrer de jeunes michetonneuses dans ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon