Boulevard du crépuscule

Boulevard du crépuscule

Dans un Hollywood rongé par la débauche, une starlette est sauvée du suicide par un scénariste. Un roman noir, poétique et désabusé.

C'était ainsi qu'ils procédaient pour choisir leurs stars, au terme d'une sélection parmi les grandes foules anxieuses [...]. » Scénariste à succès, Alfred Hayes connaissait bien l'industrie hollywoodienne, cette forteresse aimantant pléthore de jeunes gens aux dents longues et à l'avenir incertain. Ainsi la starlette anonyme de ce roman paru en 1958, sauvée du suicide lors d'une fête hollywoodienne par l'avatar de l'auteur, scénariste en vogue - également anonyme. Elle le rappelle le jour d'après pour le remercier et s'excuser. Le coup de téléphone est gênant, mais le cinéaste désabusé ne reste pourtant pas insensible au charme trouble de sa voix.

C'est « une fille jolie comme ça » qu'il retrouve le lendemain, bien plus attirante que dans son souvenir, belle mais sans personnalité, si ce n'est que son désespoir n'est pas dépourvu de charme. Pourtant sa noirceur le rebute, et surtout ses rêves éméchés de gloire n'engendrent chez lui que du mépris. Voulait-elle réellement met ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine