Booba adoubé

Booba adoubé

Le rappeur français sort un nouvel album, Trône. Souvent considéré comme un provocateur « bête et méchant », le roi du néologisme est aussi étudié à la fac.

2000, Le Monde et Libération choqués. Lunatic, le groupe que forment Booba et Ali, sort son premier album, Mauvais oeil. Le duo revendique un rap sans tabou ni piété pour le patrimoine culturel français. « J'aspire le temps les yeux plissés/ Je rappe et je dérape souvent/ Tant pis si le sang doit pisser ». Libération évoque un rap qui « tire vers le bas ». Deux ans plus tard, Booba sort en solo Temps mort. Le Monde relève des « textes profilés pour choquer ».

2003, La Nouvelle Revue française fascinée. L'écrivain Thomas A. Ravier publie dans La NRF « Booba ou le démon des images ». Sur 18 pages, il rend hommage à l'écriture optique de Booba, au sens de Proust, et invente le concept de « métagore » (métaphore + esthétique gore) : soit des « rapprochements qui n'ont pas lieu d'être », « une apparition, vénéneuse, rétinienne, brusque, brutale, impossible à se retirer de la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine