Bonnefoy diffracté

Bonnefoy diffracté

À l'égal d'une édition dans la « Bibliothèque de La Pléiade », un numéro des Cahiers de l'Herne constitue une sorte de sanctification. Dans ce Panthéon idéal de la critique, seuls pénètrent les auteurs susceptibles de soutenir une monographie monumentale, nourrie par des centaines de pages d'analyses, de témoignages et d'inédits. Et qui font d'un gros livre un véritable feu d'artifice.

Yves Bonnefoy avait évidemment l'ampleur nécessaire pour tenir ces promesses. Sa présence dans la vie littéraire, depuis plus de soixante ans, ne peut guère se comparer qu'à celle de Victor Hugo en son temps. Immense poète, traducteur, théoricien et critique d'art, il a si bien multiplié les travaux que l'on ne peut plus faire sans lui. Tout questionnement sur l'expérience poétique, notamment, doit désormais en passer par Bonnefoy. Faisant suite aux méditations de Heidegger à propos de Hölderlin, ses textes ont su donner un corps contemporain à une poésie de l'être, qui ne puise pas seulement d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine