BONNE FÊTE MAMANS !

BONNE FÊTE MAMANS !

sous la double pression de la révolte populiste et de l'islamisme, le pays explose, l'Occident peut-être aussi avec lui, et ceux qui, en cette époque de préapocalypse, franchissent encore le seuil des librairies cherchent des livres pour se consoler. Ça tombe bien : Alexandre Gefen [collaborateur du Nouveau Magazine littéraire] a justement théorisé cette fonction de la littérature dans son essai Réparer le monde paru chez Corti en 2017. Selon lui, les écrivains d'aujourd'hui se donneraient pour tâche d'« adoucir les imperfections du monde [...] au risque - assumé - d'effacer les frontières entre la littérature et le journalisme, la thérapie, le développement personnel ou l'ingénierie sociale ». On peut reconnaître ici l'enfant abâtardi de la littérature engagée. Parce qu'il est le plus métaphysique et le plus intelligent, le plus pervers, le plus littéraire et le moins soucieux de morale, Michel Houellebecq se situe au-dessus de tous. Dans l'essai qu'elle ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon