Bonbons au poivre

Bonbons au poivre

rencontre avec hélèna villovitch à l'occasion de la parution de son recueil d'histoires, Dans la vraie vie . « Maintenant, l'écriture est ma pratique dominante », déclare la journaliste, peintre et vidéaste...

Elle aime le rouge, David Bowie, Catherine Millet, les chansons de Philippe Katerine : peintre, vidéaste, photographe, cinéaste, journaliste à Elle, écrivain, Hélèna Villovitch ne se targue pas d'originalité : une famille « middle class » ; une génération qui écrit pour soi, musique dans son garage, ou peint sur les murs : « J'ai été particulièrement tenace parce que je ne trouvais pas ma place ailleurs... » Née en 1963 à Bourges, l'interlocutrice a la candeur désarmante d'une héroïne de Perrault revue par Dada, le surréalisme et le mouvement Fluxus : « J'évitais le pathos, aujourd'hui je refuse aussi la critique sociale ouverte. Montrer, c'est plus fort. » Dans la vraie vie est une réussite du genre. Un choix de bonbons au poivre pour mettre en bouche nos lieux communs. Tout y passe : de la course au CDD au cannibalisme insidieux du troisième âge, via les rencontres Internet : « Je connaissais une habituée, j'avais son pseudo. Engager le dialogue devenait une obsession. J'ai poussé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard