Bon sens et sensibilité

Bon sens et sensibilité

Leur amitié fut brève, mais le malentendu n'en fut que plus violent. Plus violent encore que les différends qui avaient pu agiter les cercles encyclopédistes. En 1765, Jean-Jacques Rousseau vit en exil et ne trouve pas de refuge permanent depuis qu'il a écrit la « Profession de foi du vicaire savoyard ». Le philosophe écossais David Hume est alors secrétaire auprès de l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris. C'est par l'intermédiaire d'amis communs comme Lord Keith, Maréchal écossais qui gouvernait Neuchâtel, et le salon de Mme de Boufflers, que Hume propose au proscrit de le suivre vers un asile en Angleterre. Hume a connu la censure religieuse également, mais il juge l' Émile trop paradoxal et il n'a pas apprécié le Contrat social . Rousseau dit estimer le « bon David » comme l'appellent les Parisiens, et il le connaît comme essayiste et historien mais ne manifeste pas d'intérêt pour ses oeuvres théoriques.

Rousseau et Hume repartent e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon