A boire avec modération...

A boire avec modération...

Le cinéma a plus d'un siècle, et quelques fous - dont je suis - s'obstinent à proclamer qu'il s'agit d'un Art. Le Septième, pour être précis. Et cela malgré le dernier Festival de Cannes où un jury, se croyant provocateur et n'étant qu'imbécile, couronna des kilomètres de pellicule « sociale » d'une totale ineptie et éleva au rang de comédiens des bipèdes en limite de défaillance chromosomique. S'agit-il d'une « conspiration » pour anéantir un des plus beaux moyens d'expression, peut-être téléguidée par ce « Matrix » qui déferle sur nos écrans avec ses féroces agents et un box-office mirifique, décidé à réduire l'humanité en esclavage et à la priver de toute énergie vitale ? Dans un mélange de réalité virtuelle et de Kung Fu, avec des théories dont on ne sait pas trop si elles ont pour source d'inspiration l'église de scientologie ou la plus extrême confusion mentale bien qu'il n'y ait pas de contradiction, au demeurant, le spectateur sort de ce « Matrix » imbibé d'époustouflants ef ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon