Bob flambe

Bob flambe

C'est l'année Bob Wilson à Paris. Depuis Le Regard du sourd en 1971, qui fit dire à Aragon qu'il n'avait « jamais rien vu de plus beau en ce monde », en clair, qu'il n'avait jamais vu un spectacle aussi magnifiquement surréaliste, il faut dire que Wilson ne nous a jamais vraiment quittés.

Mais cette année est exceptionnelle, entre les reprises et les créations, l'opéra, le théâtre et le musée. En février et mars, ce sera Mme Butterfly à l'Opéra Bastille. En janvier, nous pourrons voir ou revoir Einstein on the Beach, près de quarante ans après sa création, au Théâtre du Châtelet. De novembre à février, « Living Rooms » déploiera au coeur du musée du Louvre une installation sonore et lumineuse et présentera une riche programmation d'archives audiovisuelles.

Le Théâtre de la Ville lance le mouvement : The Old Woman en novembre, Peter Pan en décembre. Le premier spectacle est l'adaptation d'une courte prose de Daniil Harms, auteur moderniste russe, exilé par Staline à 26 ans puis interné en asile psychiatrique, où il meurt, en 1941, à 36 ans. Redécouvert en Russie dans les années 1980, désormais traduit en de nombreuses langues, Daniil Harms, à la fois ironique et désespéré, est considéré comme un précurseur de la littérature d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé