Bleus à l'âme et balle dans le pied

Bleus à l'âme et balle dans le pied

Ce n'est pas la charge du chroniqueur contre ses employeurs qui fait mouche, mais lorsque, nostalgique, il revient sur les années enfuies.

J'aime beaucoup les livres de Frédéric Beigbeder, même si je souhaite qu'en lui l'écrivain l'emporte sur le publicitaire. Ainsi, le premier argument de ce livre - sur les supposés « fonctionnaires du rire » de France Inter qui, si j'ai bien compris, attenteraient à la démocratie - me passe complètement au-dessus de la tête. D'abord parce qu'on tenait ce genre de discours à l'époque des « Guignols de l'info », et sans doute à celle de Molière. Ensuite parce que la propension de Frédéric Beigbeder à dénoncer ce à quoi il appartient - la pub, les mondanités branchées, la chasse aux mannequins russes et aujourd'hui les chroniques radio - me paraît relever d'un étrange syndrome de la balle dans le pied qui mériterait d'être analysé sur un divan plutôt que sur la page. Et pourtant, j'ai dévoré ce livre sans nom. Certes, ses premiers chapitres me sont apparus comme un article polémique bien troussé mais vain. Une fois franchies ces premières difficultés, s'étale un beau paysage mélancoliqu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.