Bleu-figuier

Bleu-figuier

La valise ou le cercueil, tragique alternative redevenue soudain d'actualité, au Kosovo. Anne Sibran lui a préféré un titre évoquant des douceurs que l'Algérie ne connaîtra plus jamais. Car il y a pire que la nostalgie : le désespoir. Employé d'une compagnie d'assurances, Alain se retrouve, après l'exode de 62, à la Défense et dans un médiocre pavillon de banlieue. Il est, au sens propre du terme, comme des milliers d'autres pieds-noirs, déboussolé. Et c'est l'image du paradis perdu qu'il transmettra à sa fille. Celle-ci - l'auteur - est née après les événements. Il s'agit donc d'une reconstitution. La conduite du récit, la sensibilité apportée à la tragédie de cet homme, son père, à jamais privé de son soleil et bientôt de sa vie, n'en sont que plus méritoires. Son universalité aussi : ce livre a valeur d'exemple pour tous les déracinés, tous les expatriés, toutes les victimes. Nous qui ne le sommes pas, du moins pas encore, il nous bouleverse.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes