Blaise Pascal

Blaise Pascal

miroir de notre vie

Quand on lit trop vite ou trop doucement on n'entend rien. » Entre une considération sur le divertissement et une autre sur l'imagination, Pascal nous offre cette étrange réflexion Pensées , fragment 75. Étrange, car si le danger d'une lecture trop rapide semble évident, celui d'une lecture trop lente l'est moins. C'est oublier que l'écriture a son propre rythme, et qu'à trop s'attarder sur les mots, on risque de perdre la mesure.

L'oeuvre de Pascal exige ce respect du tempo. Ainsi, le caractère éclaté des Pensées , la brièveté de certains fragments, ou leur renommée « le silence éternel de ces espaces infinis... », « le nez de Cléopâtre... », etc., pourraient conduire un lecteur pressé à un survol, un zapping, de cette somme d'une grande profondeur et complexité. Au contraire, même un lecteur patient, s'il ignore tout du contexte dans lequel Pascal écrivit les Provinciales , ne saisira pas les enjeux d'une oeuvre qui, u ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes