BLACKDOG

BLACKDOG

Sans aucun doute, le chien préféré de Hemingway. On peut voir sa tombe dans le jardin de la Finca Vigia, près de la piscine, à côté de celles de Negrita, Linda et Neron. Hemingway était persuadé que son chien avait découvert la relation existant entre « une machine à écrire et un os à moelle ». Soupçonnant que la propriété de l'écrivain américain servait de cache d'armes aux opposants au régime, les soldats de Batista firent une perquisition de nuit, en juin 1957, durant laquelle ils abattirent le pauvre vieux Blackdog venu aboyer au portail. Sa mort affecta énormément Hemingway qui voyait là comme la fin de ses années de paix cubaine. Longtemps après l'incident, et alors qu'il travaille au manuscrit de L'Été dangereux , il confie à A.E. Hotchner : « J'ai su, je crois, que tout était fini pour moi ici le soir où on a tué Chien noir. Un soldat l'a tué à coups de crosse. Pauvre Chien noir, il me manque. Il n'est plus là, le matin quand je travaille, allongé sur la p ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes