Black bloc, backstage

Black bloc, backstage

Ils s'attaquent au sens propre au capitalisme et à l'État autoritaire, ils ont rejoint les gilets jaunes et accentué leur portée médiatique. Tentative de définition d'une mouvance aux contours flous.

L'époque ? Pok pok pok, c'est le son que ça fait quand tu prends un coup de matraque ; c'est aussi le son des boucliers quand tu balances du verre dessus. » Dans son premier long métrage L'Époque (sorti le 17 avril), Matthieu Bareyre filme la jeunesse parisienne, la nuit, des lendemains de l'attentat contre Charlie Hebdo à l'élection présidentielle, en passant par Nuit debout et l'affaire Théo. Les images et les mots de ce documentaire résonnent parfaitement avec l'actualité des derniers mois ; on y croise des activistes, des militants, des manifestants de différentes obédiences, mais aussi des artistes ou de simples fêtards, des jeunes de banlieue, et des black blocs. L'une d'entre eux se confie, visage caché : « C'est à partir du rejet de la police que j'ai pu avoir une réflexion politique plus large. » Son cas se révèle emblématique du phénomène black bloc, qui mêle sa traditionnelle couleur noire au jaune des gilets qui défilent partout en France tous les samed ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine