Bite Génération

Bite Génération

le sujet de Houellebecq dans Sérotonine, c'est son sexe. Un sexe qui a rendu l'âme. Florent-Claude, son « héros », ne bande plus. Tout tourne alors autour de l'organe défaillant pour cause médicamenteuse. Il organise un « mini cérémonial d'adieux autour de sa libido, [...] de sa bite », une revue des femmes de sa vie. Alors oui, sa vision d'elles est odieuse, mais pas plus que dans les précédents romans. Les femmes, en général, sont ramenées à leur dimension sexuelle. « Si tu les baises plus, si tu les désires même plus, là ça commence à craindre », écrit-il. Le machisme de Houellebecq, son obsession « des chattes » peuvent lasser plus que choquer : « Tous les hommes souhaitent des filles fraîches, écologiques et triolistes. » Mais comprenez : « Avec le sexe tout peut être résolu, sans le sexe plus rien ne peut l'être. » Alors comme « plus personne ne sera heureux en Occident » et qu'en plus l'homme blanc quadra-quinqua ne bande plus... « À quoi bon essay ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS