Bioéthique : sortir des clichés réacs

Bioéthique : sortir des clichés réacs

La radicalisation d'une partie de l'opinion autour de la procréation médicalement assistée incite à ouvrir plus encore les débats, au plus près des problèmes du quotidien et plus largement des évolutions de la société.

1. LA PMA POUR TOUTES LES FEMMES C'EST LE TRIOMPHE DE LA PMA DE « CONVENANCE »

« Je suis opposé à la PMA pour des raisons de confort, j'allais dire de choix [...]. La PMA pour des raisons d'infertilité, naturellement. » Éric Ciotti, BFM, janvier 2018

certains disent qu'avec la PMA pour toutes on va passer du « thérapeutique » au « sociétal », voire à la PMA de « convenance » : une rupture sans précédent dans l'usage de la biomédecine. Mais un tel récit occulte l'essentiel : il y a toujours eu deux PMA. La PMA thérapeutique, dont l'objectif est de soigner une infertilité pathologique, représente 95 % des naissances par PMA. Et 5 % viennent de la PMA avec don, qui est justement celle qu'on veut ouvrir à toutes les femmes. Or celle-ci n'a jamais été thérapeutique. En cas de don de sperme, le mari stérile reste tout aussi stérile. La PMA avec don n'est pas un traitement médical de l'infertilité, mais un arrangement social permis par la mé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine