Bettina, la pygmalionne

Bettina, la pygmalionne

Depuis trente-cinq ans, la photographe Bettina Rheims prend toutes les imageries à bras-le-corps, ce dont rendent compte un livre et une exposition. Des écrivains commentent pour nous trois de ses clichés.

Bettina Rheims est une romancière de la photo. À travers cet album somptueux - le défilé d'une oeuvre -, on saisit combien chaque plan est réfléchi, et répond à une construction globale. Aucun hasard, peu d'improvisation. Une réflexion culturelle et artistique. Voilà ce qui transparaît ici avec une acuité insoupçonnée. C'est d'ailleurs tout l'intérêt d'un travail rétrospectif : comprendre où l'artiste, s'il a une cohérence, et c'est le cas, veut en arriver.

Ces photos le confirment : l'oeuvre s'est élaborée autour de et pour les femmes, toutes les femmes, les plus belles, les plus étranges, celles qui séduisent, celles qui font peur. Pourtant, ces photos sont universelles. Et c'est en cela qu'elles nous touchent au plus profond.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine