Bernhard, prix cassés

Bernhard, prix cassés

Thomas Bernhard

Grâce à Thomas Bernhard, l’art de l’excès n’a cessé de prendre la forme de la litote. C’est dans l’horizon d’une telle poétique paradoxale qu’il faut resituer la publication de ces essais parfois discrets dans la formulation, toujours dévastateurs par leurs effets. À l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’auteur, ce recueil de textes en prose a été publié pour la première fois en Allemagne et en Autriche. La sidération fut unanime : Bernhard, de son vivant, n’avait sans doute pas refusé par hasard leur publication. Le trublion des lettres autrichiennes, bien que couvert de prix et comblé par toutes les gloires, s’y révèle en cynique madré, dont l’autodérision n’a d’égale que la lucidité : qu’il s’agisse du prix littéraire de la ville de Brême, des très renommés prix Grillparzer ou Georg-Büchner, Bernhard raconte comment il excella à transmuer ces distinctions en tremplins pour créer autour de lui le scandale. Si ce texte est savoureux, il exige aussi une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine