BERNARD LAHIRE

BERNARD LAHIRE

Bien sûr, je suis un très grand lecteur de polars. En tant que sociologue, je constate que le polar discerne mieux que les autres genres littéraires certains aspects sociaux. J'évoquais déjà cette idée dans mon livre L'Esprit sociologique (rééd. La Découverte/Poche). Georges Simenon, que j'aime beaucoup, est un des auteurs dont l'oeuvre fait le plus preuve d'acuité sociale et politique. D'ailleurs, la devise de Maigret n'est-elle pas « Comprendre mais pas juger » ? J'y vois une définition du polar, et aussi de la sociologie. Le genre du roman noir est souvent déconsidéré puisqu'il répond à des codes, c'est-à-dire qu'il est souvent construit en fonction des canons officiels. De là, cette idée, qui me semble fausse, que le polar serait le fruit d'une industrie plus que d'un procédé créatif.

Sociologue, il vient de publier Monde pluriel. Penser l'unité des sciences sociales (éd. du Seuil, « La Couleur des idées »).

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon