Bergé, d'autorité

Bergé, d'autorité

Quand on s'appelle Pierre Bergé et que l'on publie des Lettres à Yves , il est sans doute superflu d'en dire plus, d'ajouter à ce prénom le patronyme qui a régné sur la mode pendant plus de quarante ans. Ce serait presque commettre un pléonasme, ajouter Chanel à Coco. Pourtant, les éditions Gallimard ont choisi d'habiller l'ouvrage d'un bandeau. Rien à voir, certes, avec la bande rouge des Goncourt ou les grandes lettres tapageuses qui répètent plus fort le nom d'un auteur à succès. Contredisant la neutralité de la couverture ivoire, l'éditeur lui a ajouté une photographie, ce qui en soi n'aurait rien de révolutionnaire. Mais, parmi les nombreux clichés du plus célèbre couple d'hommes en France, cette image surprend, intrigue, choque, peut-être. Pourquoi ? Parce que, loin des portraits officiels en studio, c'est une image prise sur le vif, presque clandestinement, à la fin du défilé de la dernière collection dessinée par Saint Laurent, en 2001, quelques mois avant ses adieux à la m ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon