Benjamin Fondane

Benjamin Fondane

D'une famille juive de Roumanie, né à Jassy voilà cent ans sous le nom de Benjamin Wechsler, Benjamin Fondane publie ses premiers poèmes en roumain sous le pseudonyme de B. Fundoïanu en 1912. Dix ans plus tard, il émigre en France, pour s'appeler désormais Benjamin Fondane. Il se lance alors à Paris dans la critique littéraire, le cinéma, la philosophie.

A cet étonnant polygraphe, arrêté en mars 1944 par la police française, puis déporté à Auschwitz et mort au début d'octobre 1944 à Birkenau, la revue Europe a consacré sa livraison de mars. Il s'agit, sous la direction de Monique Jutrin, d'une solide entrée en matière pour la célébration du centenaire de Fondane, l'été prochain, à Royaumont. Michel Carassou, qui travaille depuis longtemps à rendre un peu moins méconnu ce grand lecteur de Kierkegaard et de Chestov, dit fort justement de lui qu'il fut, à la fin des années 30, « l'un des représentants les plus écoutés de la philosophie existentielle ».

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes