Baudelaire parmi nous

Baudelaire parmi nous

L'auteur des Fleurs du Mal revient errer dans le Paris du XXIe siècle et se heurte à la modernité barbare.

À quoi ressemblerait Charles Baudelaire s'il était de retour dans les rues de Paris ? C'est ce qu'imagine Éric Chauvier dans Le Revenant, où il fait entendre la voix du poète de façon crue, voire dégoûtante. Mais cette voix, qui l'entend au-delà de la capitale ? « Les indigents de la zone, les damnés de la ville, les conjurés. » Car c'est là qu'il finit, ce poète transformé en monstre. Un zombie syphilitique, amorphe, en manque de hasch, une réincarnation anachronique dans la cité du XXIe siècle. Dans sa lente errance urbaine, il peine à avancer, trébuche et s'effondre en pleine rue. Tantôt mendiant, tantôt objet du regard compatissant des passantes, tantôt agresseur.

« Jouir de la foule est un art », qu'il ne maîtrise plus dès lors qu'un groupe de flâneurs-hipsters le pousse violemment à terre. Il tombe sur un enfant, qu'il mord, rattrapé par une faim douloureuse. Mais sa « pédophagie » est rapidement châtiée par une foule en délire qui le piétine et le castre sur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article