Bataille et Genet : jusqu'où aller trop loin ?

Bataille et Genet : jusqu'où aller trop loin ?

Bataille estime que l'auteur de Journal du voleur, à expérimenter une « transgression illimitée », ne met plus en cause la morale commune : s'il n'y a plus de limite ou d'interdit, il n'y a plus de mal.

Les écrivains sont-ils pervers ? Il va de soi que la question, ainsi posée, ne peut se soustraire tout à fait à la jurisprudence Contre Sainte-Beuve, ni à la trop célèbre et néanmoins toujours nécessaire distinction qu'y établit Proust entre le moi social et le moi créateur. L'une de ses variantes induit en effet que je sois, en tant qu'auteur, parfaitement libre de mettre en scène dans mon prochain roman un homme qui trucide sa voisine au terme des sévices les plus abominables, sans pour autant avoir jamais eu l'idée ni le désir de m'en prendre à ma propre voisine - une jeune fille rousse à qui je ne veux aucun mal. De la même façon, à ce qu'on en sache, Gabrielle Wittkop n'était pas nécrophile.

La figuration d'actes ou de situations pouvant être considérés comme « pervers », avec tout le flottement polysémique que le mot accepte, n'implique pas tant l'individu qui écrit que le geste qu'il accomplit en écrivant. Représenter le pervers implique non que l'auteur de ce ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes