BAMBOCHEUR SUPPLICIÉ

BAMBOCHEUR SUPPLICIÉ

un crucifix et une icône profanés, des étudiants de province jouissant d'une jeunesse libre et désordonnée, un jeune homme choisi parmi eux pour faire un exemple par un prélat soucieux d'affirmer son pouvoir, un philosophe (Voltaire) intervenu trop tard pour le sauver, tels sont les ingrédients qui conduisirent au drame : le 1er juillet 1766 à Abbeville, François-Jean de La Barre est torturé, décapité, puis brûlé en place publique avec le Dictionnaire philosophique de Voltaire rivé au torse. Dans la monstrueuse disproportion entre la faute et la punition (un blasphème/une mort atroce), l'écart permet de mesurer la violence politique qui sous-tend le « sacré ». Certes, on est tenté d'inscrire le chevalier de La Barre dans une longue martyrologie de l'athéisme illustrant l'obscurantisme religieux. Ce serait oublier que les martyrologies sont faites pour cimenter des Églises - et qu'être athée c'est s'en passer. D'ailleurs, un siècle avant La Barre, le Grand Condé s' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine