Ballard à la plage : sables mouvant

Ballard à la plage : sables mouvant

Deux grands livres de plage au sens propre, par l'auteur de Crash, l'un des plus clairvoyants écrivains d'anticipation sociale : il révèle ici que nous vivons sans le savoir dans des stations balnéaires en vase clos.

Cela étonnera ceux qui ne connaissent de lui que l'érotisme morbide et mécanique de Crash, son plus célèbre roman, mais une obsession balnéaire parcourt l'oeuvre du Britannique J. G. Ballard (1930-2009). Elle imprègne son splendide recueil de nouvelles fondatrices Vermilion Sands (1975), sur une station balnéaire d'un futur sans repères, où l'écrivain, de son propre aveu, aurait aimé vivre. Et elle se retrouve vingt ans plus tard dans La Face cachée du soleil, roman des petites utopies bétonnées et bien réelles qui recouvrent la Costa del Sol espagnole, roman dont il réemploiera les hypothèses en les actualisant dans Super-Cannes (2004). Deux faces d'un même songe estival, l'un fantastique et tirant vers l'Éden, l'autre réaliste et virant au cauchemar ? Ce serait trop simple - or l'extrême ambiguïté de Crash a révélé aux foules que Ballard était un homme complexe.

Quand il ne raconte pas sa vie, comme dans le magnifique Empire ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article