BalanceTonPère

BalanceTonPère

Avec son souffle habituel, la romancière s'inspire d'un cas réel qui enflamma, dans les années 1980, l'Irlande, où l'inceste n'ouvrait toujours aucun droit à l'avortement.

dans les années 1960, il arrivait qu'on brûlât dans les rues de Dublin les romans d'Edna O'Brien. Elle y mettait à nu la sexualité féminine, audace inadmissible dans la très catholique Irlande, qui applique encore une législation très répressive en matière d'avortement. À présent autorisée si la vie de la mère est en jeu, l'IVG y est interdite en toute autre circonstance, sous peine d'emprisonnement à vie, même lorsqu'une malformation du foetus est avérée, en cas de viol ou d'inceste.

Il est question de tout cela dans Tu ne tueras point (Down by the River), paru en 1996 et aujourd'hui republié chez Sabine Wespieser, qui a repris sous son aile l'oeuvre de la prolifique romancière irlandaise née en 1932, londonienne depuis 1952.

ÉTRANGES ÉPIPHANIES

Edna O'Brien faufile son récit dans la trame d'un fait divers qui a enflammé l'Irlande intégriste des années 1980 : les viols à répétition et la grossesse tenacement non désirée d'une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article