Aveuglements du progressisme

Aveuglements du progressisme

Connue pour ses nouvelles, Lorrie Moore s'attache, dans La Passerelle, aux méandres de Tassie, étudiante issue des profondeurs du Midwest, devenue la baby-sitter d'une petite métisse adoptée. Un roman d'initiation critiquant subtilement l'Amérique progressiste et ses fantasmes d'innocence, alors que se profile le deuxième conflit irakien.

Votre livre s'appuie sur une fiction pour explorer des thèmes politiques et sociaux. Était-ce votre projet de départ ?

Lorrie Moore. Oui, car tous ces thèmes, tels que les questions raciales, l'engagement, traînent dans mon esprit depuis un certain temps. Je les ai souvent effleurés dans mes nouvelles ; je voulais un roman qui les rassemble. Pour autant, je n'ai pas voulu écrire un texte allégorique où chaque personnage métaphoriserait une idée, mais créer des individus crédibles et montrer comment les questions de politique étrangère ou les interrogations sur les races influent sur les existences. Par ailleurs, je voulais situer cett ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine