Avec mes pires intentions

Avec mes pires intentions

Le crime peut-il demeurer impuni ? Non seulement impuni mais qui plus est revendiqué. Telle est la leçon de Jacqueline Harpman dans Avec mes pires intentions , roman au titre aussi prometteur que réjouissant. Il était une fois, dans une grande bâtisse du xviiie siècle, six femmes fantasques et mystérieuses. La cadette Adèle écrivait en secret. Sa mère Sarah n'avait jamais voulu lui parler de son père. Sa soeur Charlotte, informaticienne, était l'esprit le plus cartésien de cette famille dans laquelle les hommes n'avaient jamais qu'un droit de cité temporaire. Sa fille Clémence avait un goût prononcé pour les sciences. Quant à l'aïeule, Albertine, elle était en quête d'un bon parti susceptible de la laisser veuve dans les meilleurs délais.

Difficile pour un homme n'ayant jamais connu le bonheur d'une famille nombreuse de ne pas tomber sous le charme de ces « princesses déguenillées couronnées de liseron [qui] régnaient sur les orties, changeaient les citro ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard