Ave Uderzo !

Ave Uderzo !

La disparition du dessinateur met un point final à un mythe national. Retour sur un drôlede génie, qui maîtrisait à la perfection la syntaxe du mouvement.

Des Aventures d'Astérix le Gaulois, on a surtout commenté les scénarios, les inventions linguistiques, l'idéologie : c'est-à-dire le talent de René Goscinny. Dans toutes ces approches logocentriques d'Astérix, le dessin va sans dire. Cette omission est l'hommage paradoxal d'une nation qui reste plus littéraire qu'elle ne le croit au génie d'Albert Uderzo. N'a-t-il pas créé des figures inoubliables dont la célébrité occulte celui qui l'a conçue ? C'est cette fausse évidence qu'il faut interroger, au moment où vient de disparaître celui qui a donné des gestes, des corps, des paysages à l'un des mythes français les plus symptomatiques du XXe siècle. Un dessinateur, donc. Plus habile, plus labile que beaucoup de ses confrères ; qui reconnaîtrait la même main dans Tanguy et Laverdure et dans Astérix ? Plus talentueux, aussi, ce qui suffirait à expliquer la haine rancie de certains de ses contemporains et confrères. Mais, pour le comprendre, il faut ent ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes