Aux sources du libéralisme

Aux sources du libéralisme

Enfin traduit, l'aristocrate victorien liait intimement libéralisme et christianisme.

Auteur indispensable de la littérature libérale anglo-saxonne, lord Acton n'avait jamais été traduit en français. Son influence a pourtant été décisive sur plusieurs générations de libéraux, philosophes (Friedrich Hayek) ou historiens (Christopher Dawson) ; son aura fut telle que la Société du Mont-Pèlerin, vaisseau-amiral du renouveau de la pensée libérale à partir de 1947, faillit s'appeler « Société Tocqueville-Acton » !

De son nom complet John Emerich Edward Dalberg Acton, cet aristocrate cosmopolite (il est né à Naples, sa mère est allemande, il parle cinq langues) fut une figure de la vie politique victorienne, conseiller du Premier ministre Gladstone et de la reine. Professeur d'histoire à Cambridge, il ne publie certes aucun livre, mais il écrit de nombreux essais et conférences, recueillis après sa mort, en 1902. C'est de là que viennent les trois textes de ce volume préfacé par l'économiste Jean-Philippe Vincent : une réflexion sur le métier d'historien et deux ess ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon