Aux ombres d'un tilleul

Aux ombres d'un tilleul

Autour d'un jardin morcelé, les non-dits foisonnent, jusqu'à faire craindre le pire.

Nous avions lu les livres d'Hélène Lenoir dans un format un peu plus courtaud, le titre et le liseré bleus, le petit m étoilé des éditions de Minuit. Au sortir d'une visite à Bad Nauheim, elle nous avait fait savoir qu'elle n'avait pas apprécié notre façon de dire ses relations avec Irène Lindon, son éditrice. Elle avait raison : ce Tilleul, ce premier roman poussé dans un autre jardin, à l'ombre des éditions Grasset, prouve assez que son écriture lui appartient en propre, libre de toute féodalité.

Le tilleul est un arbre dont les fleurs sont hermaphrodites, il se suffit à lui-même, la tilleule n'existe pas. Mais l'oeil glissant trop vite sur la couverture du livre avait lu « filleul », qui, bien que portant en lui le mot « fille », admet un féminin, « filleule ». Elle s'appelle Carole et elle inonde presque tout le livre de son absence avant de venir en personne en fermer violemment la porte. Carole n'est pas exactement une filleule, c'est aussi une nièce ( ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes