Aux États-Unis, la bannière écharpée

Aux États-Unis, la bannière écharpée

En matière de biographie fictive de serial killer, il est deux références : le resserré Un tueur sur la route de James Ellroy rééd. Rivages/Noir, que la police américaine fait lire à ses recrues, et le démesuré Au-delà du mal, fresque sanglante autour du personnage de Thomas Bishop, issu du viol d'une épave et élevé dans la haine des femmes, qui commencera sa carrière en assassinant sa mère. Shane Stevens déploie, en première partie, la personnalité géniale et névrosée de son tueur en série, afin de fonder en déraison les crimes épouvantables de la deuxième partie. Laquelle commence lorsque Bishop s'évade de l'asile, massacre son complice et entame une longue série de changements d'identité. Plusieurs pistes sont alors menées de front, qui permettent à l'auteur de convoquer l'avidité des médias, les malversations d'un politique... tout ce qui s'agite d'ordinaire autour de l'Amérique criminelle, tout en prétendant ne pas lui appartenir.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon