Aux États-Unis, la « Rûmî-thérapie »

Aux États-Unis, la « Rûmî-thérapie »

Le monde vu à travers le destin d'un texte. Ce mois-ci, les vers du poète persan Rûmî (1207-1273), chantre de l'amour mystique et fondateur de l'ordre soufi des derviches tourneurs, grimpent au palmarès des best-sellers américains.

je veux vous parler de Rûmî. Du poète persan, évidemment. Mais aussi du phénomène. De ses vers d'un autre temps qui bâtissent des ponts contre les rideaux de fer. C'est aux États-Unis que ça se passe. Un monde peuplé de fake news, de tweets présidentiels aux accents belliqueux, de gens qui lisent de moins en moins parce qu'ils sont trop pressés. Imaginez la scène : assis sur un banc de Central Park, un homme allume une cigarette et lit ce couplet : « Élève tes mots, pas ta voix. C'est la pluie qui fait pousser les fleurs, pas le tonnerre. » Du Rûmî tout craché ! Anecdotique ? On pourrait le penser, si ce n'est que ce genre de tableau incongru relève d'une boulimie routinière dans l'Amérique d'aujourd'hui. Les chiffres des libraires l'attestent : les recueils de celui que l'écrivain Brad Gooch surnomme « le poète soufi de l'amour » figurent au palmarès des best-sellers. On les achète, on les dévore, on en échange des extraits sur les réseaux sociaux. Glissés au fond ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes