Autographie

Autographie

Une écrivaine décrit au plus près les langues et discours qui l'ont traversée et la constituent.

Certains autobiographes retracent l'histoire de leur conscience, d'autres parlent de leur vie sexuelle, de leur foi, de leurs voyages : Dominique Sigaud, journaliste indépendante et écrivaine, tente quant à elle de faire l'histoire de sa langue, « route à travers soi qui peu à peu s'élabore, traverse, creuse, bifurque, déplace le paysage ». Car tout l'individu se tient dans la main du langage, du geste originaire de la nomination (« c'est un garçon ») aux dernières paroles adressées à la mère, de la langue des cours de récréation à la langue académique abstraite, de la langue qui réunit à celle qui sépare, de la langue du père qui humilie à celle de la psychanalyse qui libère.

Brutale lorsqu'elle marque les hiérarchies sociales, « territoire de mort » de la violence familiale, la langue devient salvatrice quand elle est littérature. « La langue annule le désir de mourir », nous dit Dominique Sigaud, en nous racontant sa lecture des livres de Duras, « le temps que je les lis ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine