Autofiction. Une aventure du langage

Autofiction. Une aventure du langage

L'écrivain, comme l'artiste en général, révèle les correspondances secrètes entre l'imaginaire et le réel. « Il fait passer le souvenir par le filtre de l'imagination », a écrit Serge Doubrovsky, universitaire réputé entre autres pour sa thèse sur Corneille. Ce processus de création n'est sans doute jamais aussi présent que dans le genre de l'autofiction. Un courant littéraire à la croisée de l'autobiographie et du roman, théorisé en 1977 par ce même Doubrovsky et qui demeure, malgré le succès récent des ouvrages qui s'en réclament, un phénomène aussi mouvant et fertile que méconnu. Comment affronter une littérature qui n'est ni tout à fait imagination ni tout à fait témoignage mais un espace hybride et insaisissable où l'auteur/narrateur/personnage « imagine son existence » ? Docteur en littérature générale et comparée, Philippe Gasparini perce ces énigmes qui le taraudaient déjà dans son dernier essai - Est-il je ? - en explorant les paradoxes mais aussi la portée culturelle et li ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes