Au travers du Magazine littéraire

Au travers du Magazine littéraire

Notre journal va faire peau neuve le mois prochain : feuilletant, rêveur, d'anciens numéros lus dans sa jeunesse, un écrivain y entrevoit quelques enseignements sur le devenir de la littérature.

Conduit là, entre autres, par un refus grandiloquent du travail salarié, héritier, malgré tout, de la plus formidable accumulation de biens et de capitaux de l'histoire, attentif, malgré moi, aux manifestations les plus clinquantes du spectaculaire intégré et à ses promesses les plus intenables, show-biz, célébrité, reconnaissance, paresse, j'ai décidé, au début des années 1990, d'écrire des livres, domaine refuge consacré par la paix des bibliothèques, l'odeur des librairies et la parution régulière d'un magazine attestant l'existence, au loin de la pénible activité d'écrire, d'un horizon transcendantal à mes journaux intimes : l'histoire littéraire. Ma soeur aînée était en effet abonnée au Magazine littéraire à l'âge où je ne lisais encore que Science %26amp; Vie junior et AutoMoto, attiré, incontestablement, par des couvertures mieux finies et plus nettes que celles du Magazine de ces années-là, qui par leurs portraits crayonnés d'écrivains évo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine