Au théâtre, en rire ou en pleurer ?

Au théâtre, en rire ou en pleurer ?

La rivalité entre comédie et tragédie traverse le xviie siècle mais leur ligne de front n'a cessé de se déplacer au gré des modes et des traditions privilégiées. Elle a aussi été brouillée par des genres intermédiaires.

Débutons par quelques chiffres. Près de 1100 pièces de théâtre ont été publiées tout au long du xviie siècle. À quoi il convient d'ajouter une petite centaine qui ont été si mal reçues du public que leurs auteurs ont renoncé à les faire paraître ; et c'est sans compter les 600 ou 700 oeuvres composées par le poète à gages de la principale troupe de comédiens français du début du siècle, Alexandre Hardy, demeurées la propriété de sa troupe qui n'a consenti à lui en « restituer » qu'une trentaine. Riche siècle de théâtre, on le voit, ce qu'on a peine à mesurer aujourd'hui, l'école, et par voie de conséquence les scènes françaises, ayant progressivement réduit ce patrimoine exceptionnel à six ou sept pièces de Corneille, huit ou neuf de Racine, une douzaine de Molière. Pourtant, les Rotrou, Tristan l'Hermite, Du Ryer, Scarron ont aussi écrit des chefs-d'oeuvre qui pourraient éblouir le public du xxie siècle, mais comment remplir des salles autrement qu'avec les seuls noms que l'institu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon