AU RAYON VOIX

AU RAYON VOIX

Les 26 et 27 mai prochains, la BnF deviendra sonore. Lancé l'an dernier, le festival La Bibliothèque parlante invite de nombreux artistes à mettre la littérature en voix, et parfois en musique : Denis Lavant, Mathieu Amalric, Sandrine Bonnaire ou encore le trompettiste Érik Truffaz interpréteront ainsi des textes de Duras, Musil, Bloy, Koltès... On pourra aussi entendre les timbres contrastés de Colette et de Céline ou le délicieux français de Tolstoï, conservés dans les collections audio de l'institution. Laurence Engel, présidente de la BnF, explique les ressorts de l'événement.

Pourquoi était-il important de donner voix à la BnF et de faire entendre vos collections ?

Laurence Engel. - Nos collections, et plus largement la littérature ! Notre mission est de faire en sorte que l'accès à la lecture soit possible pour tous. Et nous avions l'envie de rendre cette bibliothèque accessible par d'autres sens que la lecture silencieuse. Ce fe ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon