Au pays des cases biscornues

Au pays des cases biscornues

La bande dessinée a toujours été friande d'imaginaires gothiques. À la manière d'un cabinet de curiosités miniature, voici quelques éclats de ce vitrail collectif.

PHILIPPE DRUILLET (NÉ EN 1944) LONE SLOANE : CHAOS (2000,RÉÉD. GLÉNAT, 2012)

Lancée en 1966, emblématique de la fantasy noire selon Philippe Druillet, la geste de Lone Sloane propulse la bande dessinée à un degré unique de terreur « sublime ». Paladin planétaire, desperado intergalactique, le néo-Terrien aux yeux rouges y affronte, dans un univers wagnérien d'arches cosmiques et de divinités païennes, le grouillement glaireux des forces obscures.

ALBERTO BRECCIA (1919-1993) LES MYTHES DE CTHULHU (1973, RÉÉD. RACKHAM, 2004)

Classique de la bande dessinée fantastique et de science-fiction avec la série L'Éternaute, l'Argentin Alberto Breccia a mis son pinceau sorcier au service de son maître Lovecraft, sollicitant pour ce faire mille et un gris, ainsi que les techniques du collage et du monotype.

BERNIE WRIGHTSON (NÉ EN 1948) FRANKENSTEIN. LE MONSTRE EST VIVANT (ÉCRIT PAR STEVE NILES, 2012, ÉD. SOLEIL, 2014)

Figu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard