Au nom de la Rose

Au nom de la Rose

En quatre ans, Marie-Pierre Gracedieu a réveillé la centenaire « Cosmopolite »,la collection vouée à l'étranger chez Stock.

C'est une croyante, une instinctive, une entêtée », s'amuse Jean-Marc Roberts, toujours aussi médusé par les choix audacieux de Marie-Pierre Gracedieu. Il y a tout juste quatre ans, le patron de Stock recevait une poignée de prétendants pour redresser sa collection étrangère, la centenaire « Cosmopolite » un tantinet empoussiérée malgré sa vingtaine de prix Nobel. Et voilà que se pointe une brindille de 30 ans, à peine intimidée, avec « ce goût atypique et très prononcé - la marque des plus grands ». Son défi ? Trouver des contemporains dignes de figurer aux côtés d'un Schnitzler, d'un Brink ou d'une Carson McCullers, « ces voix qui ont bâti des mondes en donnant à entendre la rage de personnages marginaux ». De ces lectures fondatrices, la jeune Marie-Pierre garde le souvenir de couvertures roses ou saumon, et c'est elle qui insiste pour que La Cosmopolite retrouve ses couleurs, quitte à la parer d'un bandeau bleu nuit pour rappeler le domaine français de Stock et signer le retour ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon